Ma première impression du Japon

J’ai déposé mon dossier accepté à l’ambassade du Japon à Paris, le 26 juillet 2013, j’ai retiré mon visa le 30 juillet 2013 et je n’ai pas trainé puisque j’ai pris mon vol pour Tokyo avec escale à Istanbul le 31 juillet 2013.

Et c’est donc le 2 août 2013 dans la matinée que j’ai débarqué à l’aéroport de Narita à Tokyo !

Tadakanobaba

Tadakanobaba

Je tiens à vous dire tout d’abord que je fus impressionné de la rapidité dans laquelle, j’ai obtenu ma resident card et cela juste en présentant mon passeport et sans débourser un centime ! Quand j’étais aux USA, j’ai dû mettre un mois pour l’avoir et il fallait réunir pleins de documents.

Après avoir fait exactement ce que j’ai écrit dans l’article « Que faire une fois arrivé dans un aéroport au Japon ? ».

Des journalistes m’interpellent et me posent d’emblée la question : « Why are you coming to Japan ? »

S’ensuit alors une interview dans laquelle, je leur parle de ma passion pour le Jiu jitsu brésilien et leur explique le principe du WHV. A la fin, un journaliste me demande d’effectuer une prise de Jiu jitsu brésilien 🙂 !

J’en ai beaucoup rigolé, j’avais jamais fait d’interview avec des journalistes, il fallait que ça m’arrive au Japon.

A la fin, ils m’ont indiqué que je serais susceptible de passer à la télé sur TV Tokyo (Channel 7) dans un show hebdomadaire qui s’intitule « Why did you come to Japan » qui a lieu chaque lundi à 18H30. C’est un show ouùon s’amuse à interviewer les étrangers qui débarque à l’aéroport de Narita sur leurs motivations à venir au Japon. Je trouve ce concept pas mal !

Je vérifierais cela et vous tiendrais au courant si je passe à la télé, voir même vous montrer la vidéo 😉 !

Après ce moment fun, j’ai pris le Narita Express (N’EX) pour Shinjuku, à bord du train très propre et avec la clim, j’étais tellement fatigué que je n’avais qu’une seule envie: DORMIR !

Arrivé à Shinjuku, un chinois très cool de Hong Kong à qui j’avais demandé un renseignement m’a réveillé pour me dire que j’étais arrivé. Très sympa de sa part car sinon je sais pas où j’aurais atterri.

A partir de Shinjuku, je dois prendre un metro et c’est là que je me rend compte que le métro à Tokyo est une vraie jungle.

J’ai visité plusieurs villes du monde dont New York et je me suis toujours retrouvé dans le métro sans l’aide des gens à partir du moment ou j’avais un plan. Je me disait que en tant que parisien, le métro ça me connait.

Mais là je dois vous avouer que à Tokyo, je me suis senti vaincu. Déjà parce que parfois tout n’est pas marqué en anglais et puis même avec un plan en anglais, je m’y retrouve pas. Il y a trop de lignes qui se croisent qui partent dans tous les sens avec des couleurs qui se ressemblent. Bref c’est un plan de métro qui me fait mal à la tête.

Je n’ai donc pas le choix : je demande mon chemin aux japonais. Ils s’arrêtent me répondent courtoisement avec un anglais approximatif et certains même, m’accompagnent jusqu’à mon quai !

En parlant des japonais, quand je les observe dans le métro, je remarque qu’ils sont discrets, personne discutent entre eux. Ils ont soit les yeux rivés sur un smartphone, soit sur un journal ou un manga. Ils ont l’air froid à vu d’œil mais je vous assure que quand vous leur demandez, ils s’arrêtent et prennent le temps de vous répondre. Sinon le métro est impeccable, il n’y a pas un bout de papier qui traine !

En sortant de ma station de métro, je me dirige vers ma guest house et au moment de traverser le passage piéton, je me ridiculise car je suis le seul à vouloir traverser quand le bonhomme est rouge pourtant il n’y a aucune voiture. Alors je fais comme les japonais, j’attends qu’il soit vert pour traverser même si l’envie de traverser me démange car il n’y a pas de voitures.

J’interpelle ensuite une étudiante japonaise pour m’aider à trouver ma Guest House, elle prend le temps de prendre son smartphone, de taper l’adresse de mon logement sur son plan, puis me donne les instructions à suivre.

J’arrive donc enfin à ma guest house, le concierge m’attendait, me demande de retirer mes chaussures avant de rentrer, me fait remplir un formulaire et me fait une visite des lieux. Je prends une douche et je m’écroule sur mon lit tellement je suis fatigué ou plutôt sur mon futon 🙂 !

Je dirais donc qu’à première vue, le Japon est un pays civilisé avec des infrastructures de pointe même si le métro reste complexe. Les japonais m’ont l’air disponible pour un renseignement et ne prête pas trop attention du fait que je sois étranger. Je n’ai ressenti aucun regard lourd ou méprisant. Je fais parti du décor sans plus…

Je trouve aussi les japonais disciplinés et l’environnement me parait très sécurisant.

Des japonais à Shibuya

Des japonais à Shibuya