Le métro à Tokyo

Aujourd’hui, je souhaite vous parler du métro à Tokyo car il faut dire que ça me change vraiment du métro à Paris.

Des usagers japonais attendant le métro derrière la ligne jaune.

Des usagers japonais attendant le métro derrière la ligne jaune.

Le métro à Tokyo est incomparable avec celui de Paris.

Ce qui frappe la première fois que l’on prend le métro à Tokyo, c’est la propreté. Il n’y a pas un seul papier par terre sur les quais et les métros à l’intérieur sont très propres.

Il faut bien l’avouer le métro à Paris rime avec odeur de pisse et mendiants qui vous harcèlent sans arrêt et le nombre de SDF dans le métro parisien est vraiment inquiétant.

Je n’ai jamais vu une personne mendier dans le métro à Tokyo. Les métros à Tokyo sont tous climatisés ce qui n’est pas souvent le cas en période de canicule en France.

Mais le must du must reste le comportement des usagers du métro à Tokyo! Alors là, les parisiens ont vraiment des progrès à faire !

Avec tout ce beau monde propre à Tokyo, les japonais font preuve d’une discipline qui force le respect.

Alors qu’à Paris, on prend le métro comme des bœufs. Il faut dire ce qui est, d’autant plus que dans le métro parisien on embauche des personnes pour veiller à ce que les usagers descendent sans se faire bousculer par des sauvages dans certaines lignes.

A Tokyo, les japonais font la queue en attendant le métro et ne monte qu’une fois avec laissé tous les usagers sortir de la rame du métro et cela sans l’aide du personnel du métro. Ils n’attendent pas devant les portes.

Des japonais faisant la queue en attendant le métro

Des japonais faisant la queue en attendant le métro

Cette discipline venant des japonais va plus loin car même en attendant le métro, personne ne dépasse la ligne jaune.

Des usagers japonais attendant le métro derrière la ligne jaune.

Et pour couronner le tout, la fraude est quasi inexistante à Tokyo. Tout le monde paye son ticket et de toute les manières vous aurez pas le choix car sans ticket ou pass magnétique, il vous sera impossible de pénétrer le métro. Et ne tentez surtout pas de sauter la barrière comme on le voit souvent à Paris sinon c’est la garde à vue direct il y a toujours des agents près des bornes d’accès.

La seule fraude qui peut subsister dans le métro à Tokyo, c’est lorsque que vous pointez votre ticket dans une borne d’accès de départ, vous vous arrangez pour le perdre et une fois dans la borde de sortie, vous dîtes à l’agent que vous aviez pointé votre ticket dans une borne d’accès de départ plus proche que celle de la borne de sortie (1 ou 2 arrêts avant) pour payer le prix le plus bas.

Mais ce procédé frauduleux est plus l’œuvre de gaigin que de japonais. Mais en tout cas, sachez que ça se fait.

Enfin le métro à Tokyo est opérationnel tout le temps, il est quasi impossible de voir un métro en panne ou en retard. Et les gréves au Japon ça n’existe pas !

Par contre, le métro au japon coute cher mais on paye la qualité. Lorsque qu’on prend une ligne de métro régulièrement au Japon, il est plus économique d’opter pour un pass mensuel ou annuel. Beaucoup de touristes et de détenteurs de WHV ne le savent pas et continuent à recharger leur SUICA card.

Mais il faut savoir que chaque ligne est indépendante et que si dans vos trajets quotidiens, vous utilisez plusieurs lignes; il faudra prendre un pass mensuel ou annuel pour chaque ligne.

Sachez enfin que même si le métro à Tokyo coûte cher et que si vous travaillez en « full time » (temps complet) dans une entreprise. Celle ci prend souvent en charge la totalité de vos pass pour vous rendre à votre entreprise. Alors qu’en France, seulement 50% est pris en charge.

Cela dit prendre le métro souvent à Tokyo n’est pas ce que j’envisage car pendant les trajets, cela ne me permet pas de découvrir les quartiers de Tokyo. J’ai donc opté pour une solution économique dans laquelle je réduis mon budget transport, je profite de la vue des quartiers de Tokyo et je fais du sport : L’acquisition d’un vélo !