J’avais fait en 2012 un Working Holiday Visa en Australie et le moins que je puisse dire et que j’en ai été très déçu ! En effet j’ai débarqué à Darwin et j’y suis resté qu’un mois, j’ai fait mes bagages et je suis retourné en France déçu !

J’avais choisit Darwin pour la simplicité logistique car j’étais en road trip en Asie du Sud Est mais surtout car je pensais que j’allais trouvé beaucoup plus d’opportunités étant donné que la majorité des bacpackers débarquent à Sydney.

J’aurais pu resté plus longtemps en Australie, mais avec la déception et ma réussite à un entretien pour une offre d’emploi immanquable à laquelle j’avais postulé avant de partir en Australie, j’ai décidé d’abandonner ce projet !

Mais c’est surtout ma déception qui m’a fait prendre cette décision, en un mois j’avais la température des choses et je savais que j’allais perdre mon temps et surtout mon argent en faisant le Working Holiday Visa en Australie !

Dans cet article, je vous présente les raisons de ma déception en Australie et tous les avantages du Working Holiday visa au Japon qui font que si vous hésitez entre ces 2 destinations, vous saurez à quoi vous en tenir !

australie japon

Le Working Holiday Visa en Australie, ce n’est plus ce que c’était, il y a 10 ans:

Un visa simple à obtenir !

L’Australie est devenu aujourd’hui la destination numéro 1 des candidats au Working Holiday Visa et cela c’est accentué encore plus avec les reportages bidons ou l’on montre que tout est rose !

Si l’Australie attire de nombreux candidats au Working Holiday Visa, c’est qu’il y a plusieurs raisons à cela :

– L’Australie a été moins impacté par la crise de 2009 et de par son économie, beaucoup candidatent au Working Holiday Visa dans l’espoir de rester plus longtemps (sponsoring) et de profiter de cet eldorado ! Bien sur tout cela est accentué par la médiatisation des reportages.

– L’Australie est une destination à la mode et est surtout vu comme une destination simple d’accès: une culture occidentale et anglo-saxonne et on y parle anglais ! C’est d’ailleurs cette simplicité qui font que beaucoup de candidats écartent le Japon car ils ont des préjugés. Si ils savaient 🙂 !

– Candidater au WHV en Australie, c’est très simple. Il y a juste à s’inscrire sur internet et payer des frais et on demande rien de plus. Par contre, quand on s’intéresse un peu plus au WHV au Japon, on se rencontre qu’on demande beaucoup plus de choses: un plan de voyage, une lettre de motivation, des fonds financiers. Malgré que le WHV au Japon est gratuit, toutes ces conditions sont vus par certains comme fastidieuses. Du coup, ils ne se prennent pas la tête et optent pour l’Australie. Si seulement ils se donnaient la peine 🙂 !

La réalité du Working Holiday visa en Australie

Une fois le WHV en poche pour l’Australie, beaucoup déchantent très vite, il n’y a qu’à juste jeter un coup d’œil sur les forums sur le WHV en Australie pour constater la température des choses. Beaucoup y révèlent leurs frustrations et surtout la difficulté à trouver un job simple et non qualifié ! Voici une liste d’énumération sur la réalité de ce visa en Australie :

– Beaucoup de patrons australiens sont réticents à recruter des backpakers car la plupart ne restent pas longtemps et quittent le job sans donner de nouvelles. Au début, ils promettent de rester longtemps puis se barrent sans donner de nouvelles une fois le salaire empoché pour explorer d’autres contrées en Australie !

– Vu la facilité à obtenir ce visa, beaucoup de backpakers viennent naïvement les poches vides en espérant trouver rapidement du travail sur place. Ils sous estiment le coût de la vie en Australie qui est très cher et je dirais même beaucoup plus cher qu’au Japon. Du coup, j’ai vu pleins de français faire la manche et dormir dans l’aéroport !

– En parlant des français, ils ont très mauvaise réputation en Australie. Ils sont vu comme des faignants, rabat-joies et surtout des voleurs. Et oui en Australie, on a carrément inventer l’expression « french shopping » pour caractériser les vols dans les supermarchés commis par les français ! Certains français volent même dans les auberges de jeunesse. Ces vols sont justifiés par la frustration de certains français à ne pas trouver du travail en Australie et donc ils se mettent à voler, ils considèrent cela comme un dû car l’Australie leur promettait des choses selon eux. D’ailleurs pour ma part, j’ai jamais dit que j’étais français en Australie, j’ai toujours dit que j’étais marocain, ça passait mieux 😉 !

– Se déplacer d’un point A à un point B en Australie coûte la peau des fesses et vaut mieux s’acheter une voiture la bas et compter un budget conséquent pour l’essence. Beaucoup se font arnaquer en achetant des voitures ou des van et cela est devenu un véritable business en Australie ! Les transports en communs ne sont pas très développés comme au Japon !

– Beaucoup comptent sur la cueillette des fruits et légumes pour s’en sortir en Australie mais depuis qu’on a toléré le WHV aux chinois. Il est devenu très difficile de trouver un job dans le « fruitpicking » car on préférera embaucher un chinois.

– Les backpakers sont très nombreux en Australie, ce qui fait que la concurrence est rude pour se trouver un job. Cela est dû au fait que l’Australie n’instaure pas de quotas pour le WHV comme le fait le Japon !

– Les français en Australie ne sont pas solidaires comme le pourraient être les allemands, espagnols , anglais, etc… On ne vous donnera aucun plan ou conseil. Bien sûr j’ai trouvé des personnes biens mais c’est une minorité ! D’ailleurs il y a une expression qu’on aime biens sortir en Australie : « sortez vous les doigts du cul ». C’est en général ce genre d’expression que vous endenterez de la part d’un français qui se vantent d’avoir trouver un job ! Vous verrez en Australie, vous allez rencontrer pleins de cas sociaux parmi les français, je vous le promet ! Par contre au Japon, les français sont très solidaires surtout les anciens installés depuis longtemps et d’une manière général les gaijin le sont. On vous donnera pleins de conseils et de bons plans sans rien vous demander en retour !

Je terminerais par une touche personnelle en disant que la culture Australienne ne m’a pas vraiment enchanté, à part les barbecues et les kangourous, il y a pas grand chose. Sinon beaucoup d’anciens disent que l’Australie c’était le top, il y a 10 ans, lorsqu’on en faisait pas une médiatisation et avant que la crise touche l’Europe.

Néanmoins, c’est un pays à visiter touristiquement quand on en a les moyens car il y a beaucoup de paysages magnifiques !

Pourquoi il faut choisir le WHV au Japon sans réfléchir !

 Un visa limité et ciblé.

Le WHV au Japon attire moins de cas sociaux ou autres énergumènes que j’ai pu rencontrer en Australie.

En effet au Japon, on peut pas y aller à l’arrache en WHV comme on peut le faire en Australie. On va s’assurer que vous vous êtes un minimum organisé à travers le plan de voyage, que vous n’est pas un cas social à travers votre lettre de motivation. Que vous avez un minimum d’argent pour faire face aux dépenses en attendant de trouver un job, en l’occurrence 4000 euros.

Croyez moi, on va vous prendre la tête avec le plan de voyage. A l’embrassade, ils voudront tout savoir. Quels genre de job vous voulez postuler, votre budget, vos dépenses. Pour ma part, on m’a fait refaire le plan de voyage au moins 3 fois, pourtant j’avais 9000 euros de fond.

Si vous voulez réussir votre plan de voyage, cliquez ici !

Et pour couronner le tout, le WHV au Japon est limité à un nombre de quota. Une fois celui ci atteint pour une année, ils est plus possible d’y postuler !

Toutes ces conditions font qu’on attirera uniquement des candidats de qualité pour le WHV au Japon et qu’on écartera les cas sociaux qui trouveront beaucoup plus simple d’aller en Australie !

Les avantages à réaliser son WHV au Japon !

– Il n’y a pas beaucoup de backpakers et donc pas trop de concurrence pour trouver un job ! Hormis les conditions à satisfaire pour postuler au WHV, beaucoup n’osent même pas postuler car ils sont persuadés qu’il faut parler japonais pour trouver un job. Ces préjugés accentuent le faible nombre de backpakers au Japon et donc la facilité à y trouver du travail !

– Vivons cachés, vivons heureux ! Le Japon est très discret comme destination pour le WHV, on en parle peu et surtout il n’y a aucune médiatisation. Sauf celle qui fait peur avec Fukushima ! Alors tant mieux pourvu que ça dure !

– J’ai rencontré pleins de français en WHV au Japon, aucun est sous le carreau ! Tout le monde trouve du travail facilement surtout ceux qui ne parlent pas un mot japonais ! En moins d’un semaine, on trouve du boulot à Tokyo ! On peut aussi travailler en freelance et gagner pas mal d’argent, en donnant des cours de conversation en français et anglais !

– La qualité de vie au Japon est formidable ! On y mange bien, on vit bien et les activités sociales et culturelles, ce n’est pas ce qui manque ! Les transports en commun sont de très bonnes qualités, on arrive à aller d’un point à un autre très facilement. Inutile d’acheter une voiture !

– Les étrangers (gaijins) dont les français installés assez longtemps pour la plupart sont très solidaire et n’hésiteront pas à vous partager des conseils !

– Enfin le Japon est un pays avec une richesse culturelle très forte, ce sera donc une très bonne expérience !

Donc ne réfléchissez pas, foncez pour le PVT au Japon  en cliquant ici!

Si cet article t’as plu, n’hésites pas à le partager autour de toi sur Facebook ou Twitter. D’ailleurs si tu veux être au courant des nouveaux articles sur le PVT au Japon, je t’invite à liker la page Facebook ici et à me suivre sur Twitter ici.

J’ai aussi pour projet de refaire la refonte total de mon blog et ça va me coûter, je sollicite donc un petit don de votre part 🙂